GIPA

Appui au GIPA

La Fondation d’Aide Directe – SIDA Montréal appuie pleinement le principe de participation accrue des personnes vivant avec le VIH-SIDA (GIPA*). Elle met en pratique le principe GIPA qui vise à leur garantir l’occasion d’assumer des responsabilités dans les services qui les touchent.

  • La Fondation encourage la participation des personnes vivant avec le VIH-SIDA aux processus de prise de décision qui les concernent. Depuis ses débuts, la Fondation s’entoure judicieusement de personnes atteintes pour définir son fonctionnement et pour siéger à son conseil d’administration.
  • La Fondation contribue au renforcement des capacités des personnes vivant avec le VIH-SIDA. En impliquant les personnes vivant avec le VIH dans ses activités, la Fondation leur permet d’acquérir des aptitudes et de la formation qui favorisent leur développement.
  • La Fondation encourage les personnes vivant avec le VIH-SIDA à devenir bénévoles au sein de son organisation.
  • Conformément à sa mission, la Fondation soutient l’autonomie des personnes les plus démunies vivant avec le VIH-SIDA. En distribuant quotidiennement des denrées alimentaires et des produits d’hygiène, et en donnant de l’information, la Fondation assure une contribution indispensable pour que les personnes vivent convenablement, prennent soin d’elles-mêmes, sortent de leur isolement et préservent leur appartenance à leur collectivité et à la société. Elles sont de plus invitées à devenir membres de la Fondation et à s’y impliquer.
  • La Fondation appuie les initiatives des autres organismes œuvrant au sein de la communauté VIH-SIDA en prenant part à des conférences de presse et des assemblées générales, en appuyant des résolutions, des pétitions et des campagnes, et en participant à des sondages.
  • La Fondation respecte la confidentialité des personnes séropositives afin de leur éviter la marginalisation.
* GIPA vient de «Greater Involvement of People with HIV/AIDS». Cette initiative est le résultat d’un principe enchâssé dans les travaux du Sommet de Paris sur le SIDA de 1994 . Les dirigeants de 42 nations se sont réunis pour déterminer comment ils pouvaient réagir efficacement à la crise du SIDA. L’aboutissement fut une déclaration, signée par toutes les nations présentes, qui reconnaît le rôle central des personnes vivant avec le VIH-SIDA dans l’éducation et les soins liés au SIDA, et dans la conception et la mise en œuvre de politiques et de programmes nationaux et internationaux.